Histoire
Patrimoine naturel
Patrimoine bâti
Réalisations
Administration
Panoramas
La vie à barriac
Revue de presse
Liens
Contact
PATRIMOINE BÂTI - Les moulins

 
 
La présence de trois moulins sur la paroisse atteste l’importance de l’agriculture céréalière :
  • le moulin du Salt sur le ruisseau des Douzes
  • le moulin de Tarayre sur le ruisseau du Gibrou ,,,,,,bkhkgjhghgnnnnnnnnGGGG,,,,,,,,,
  • le moulin de la Planhe sur le ruisseau de Séveyrac.
  •  
 
                                                     ___________________________________________
 
 
                                                                     A la découverte du « mouli del saout »
 
                                                        Souvenirs de Paul FERAL, (né en 1915 à Sévignac)
 
 
Blotti entre Les Escabrins et le Dourdou le moulin du Saout révèle au randonneur un site, une cascade et des vestiges à l’abri des regards, hors du temps. La « légende » du meunier qui y vécut plane encore sur les ruines difficiles d’accès. Un personnage hors du commun à l’image de l’endroit.
Voici quelques anecdotes authentiques qui ont sans doute forgé une réputation qui s’était un peu diluée avec les ans.

 
    
 
Notre homme était né à St Julien de Rodelle ou son père était forgeron. Jusqu’à l’age de 25 ans il travailla avec lui, puis il hérita d’une maison située au « Saout », et l’idée lui vint d’y construire un moulin, la configuration des lieux s’y prêtant fort bien.
 
Il agrandit la maison et fabriqua lui-même une roue à aubes, (un « roudet »), dans une souche de noyer qui ne pourrissait pas, après toutefois quelques essais et mises au point nécessaires, et la testa en libérant l’eau de la « peyssièro » aménagée en amont.
 
 
« …… quand il a exploité le moulin, il s’est équipé d’une mule. Il fallait qu’il aille chercher le blé à Maymac, à Sévignac, aux Escabrins ! Comme il chargeait la mule il se chargeait lui, 60 à 80 KG sur le dos. Il fallait qu’il aille aussi ramener la farine. C’était un dur au travail, il allait pas vite mais il était fort comme un bœuf !..... ».

 
Jusqu’à un âge avançé notre meunier restait capable de surprendre par sa force physique.
Pendant l’été 1943, il avait alors 83 ans, il venait aider à dépiquer à Sévignac. La chauffeuse marchait au charbon. Un jour, vers midi, le mécanicien constata qu’il n’y aurait pas assez de combustible pour terminer la journée, il manquerait un sac, environ 70 kg.
 
On pouvait sans doute en acheter à Barriac. Il s’adressa donc à notre homme :
- Monte me a Barriac veire se i a de carbou. Se n’i a, anarem ne querre. (Va à Barriac voir s’il y a du charbon, et s’ils en ont, on ira en chercher.)
 
* Arrivé à Barriac l’alerte octogénaire ne se contente pas d’obtenir le renseignement :
  • valia me un sac, lo vau prene ! (Donnez-moi un sac, je vais le prendre !).

 
On lui mit ainsi sur le dos entre 70 et 80 kg de charbon en briquettes. Vers les « quatre heures », le temps d’aller à Barriac et de revenir à faible allure, « on te le voit arriver à Sévignac par les Combas. »
 
            Veja lo que torna ! me sai que lo porta lo sac sus l’esquina ! (Voyez-le qui revient !   mais c’est qu’il porte le sac sur l’épaule !)
            On lui dit :
            - Nom de Duis ! lo calha pas portar ! Lo seriam anar cerca amb l’éga !
            (Nom de Dieu! Il ne fallait pas le porter ! On serait allés le chercher avec la jument !)
- O ! tan que ièri ! (Oh ! tant que j’y étais !)
- E avètz pausat quand mèma, en rota ? (et vous avez fait la pause quand même en route ?)
- Un cop ! Per cambiar d’espatla ! Que me cachava ! (Une fois ! Pour changer d’épaule ! Que ça me comprimait !)
 
* (à noter que cela représentait un trajet aller-retour de 7 à 8 km)
 
 
Le veuvage du meunier, en 1925, sonnait le glas de l’activité du moulin.
Notre meunier mourut à l’âge de 86 ans, et le moulin tomba en abandon. La toiture, les poutres, les meules furent dispersées au gré des acheteurs.
 
On évoque encore sans doute, à la veillée, avec les « anciens », dans quelques chaumières du causse de Barriac et de la vallée du Dourdou, le meunier du « Saout » qui détenait peut-être, à sa façon, le secret de jouvence……  
 


 
                                                                             A la découverte du moulin de Tarayre
 
   Texte et photos de Nicolas Cayssiols tirés de son « étude environnementale en lien avec la mise en valeur pédagogique du canyon de Bozouls »
 
MAGNIFIQUE…c’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit quand j’ai entrepris (2 fois) de descendre puis de remonter le cours du Gibrou. L’endroit est totalement sauvage, préservé…tout au long de son parcours, vous avez l’impression d’être un Marco polo des temps modernes et d’accomplir ce que personne n’a jamais fait avant vous…Les berges n’ont pas subi de coupes d’éclaircissement, les embâcles sont légion, la mousse se développe avec une telle profusion qu’elle envahit tout y compris les branches au dessus de votre tête. On est là en plein dans le domaine de la Salamandre on y trouve d’ailleurs des centaines de larves et il n’est pas une vasque d’eau qui n’abrite son petit groupe du charmant amphibien. L’eau y est claire, mais pas limpide. Elle est légèrement opaque car sûrement très chargée en calcaire dissout. D’ailleurs partout où l’eau ruisselle on peut voir des travertins de tuff. Nous avons cherché en vain un chemin pourtant indiqué sur les cartes. Toutefois, au fur et à mesure de nos visites, nous en sommes arrivés à la conclusion que le Gibrou doit rester confidentiel et doit avant toute chose se mériter. Créer un sentier, là, favoriserait la fréquentation et la magie des lieux se perdrait. Par ailleurs cela serait une entreprise assez coûteuse en temps et en moyens. Laissons le Gibrou aux « explorateurs », il y a quelques belles surprises sur son trajet et deux ou trois cascades pas piquées de vers à franchir !
 
   
     

 
Il ya d’abord ce vieux moulin  à l’intérieur duquel on trouve une belle voute encore en état  et où l’on rencontre un grand Rhinolophe.
 




Des larves de Salamandre comme s’il en pleuvait !
 
 
 

 

 
Des eaux claires, des cascades, des cascades de tuff, des falaises, du buis, des rochers, du bois mort, des embâcles…une rivière vivante….malgré le manque d’eau. 



 A la découverte du moulin de la Planhe
 


 
 
   
 
 
                     
-
Barriac 12340 Bozouls
Association de sauvegarde du patrimoine de Barriac - Bozouls - Aveyron - Midi-Pyrénées
-