La vie à Barriac

Barriac a des talents

Guy Rieucau

Je suis le dernier à être né à la maison, à Séveyrac, en septembre 1938 après mes deux sœurs (Ginette et Huguette) et mon frère (Jo). Ma jeune sœur, Christiane, est née plus tard à la maternité. J’ai fréquenté l’école de Concoures avant la pension à Rodez où je me suis passablement ennuyé. Nous venions en vacances seulement à Noël, à Pâques et l’été.

L’envie d’écrire a été précédée par la lecture. Mes parents lisaient. Je me souviens de la venue de l’instituteur de BARRIAC qui, rendant visite à papa alité suite à une grave ruade de cheval, s’était présenté avec un carton plein de livres. Tout en gardant les génisses, je lisais des livres dénichés dans les armoires et aussi des revues, notamment celles qui relataient les exploits des coureurs du Tour de France.
Lors de la guerre d’Algérie, j’ai monté une petite bibliothèque, sollicitant livres et revues auprès des maisons d’édition des diffuseurs de presse.
Devenu professeur de français dans un Centre d’Apprentissage de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, j’incitais mes élèves à la lecture, Ils fréquentaient peu la bibliothèque de l’établissement, mais empruntaient plus volontiers ceux que je laissais trainer intentionnellement sur mon bureau. Il advint que certains me dirent : ” Si vous écrivez un livre, on vous promet de le lire”.
Cette idée faisait son chemin, mais je n’osais pas conscient du talent des écrivains “anciens” ou contemporains.

Mes premiers livres sont pour la plupart épuisés Toutefois on peut en trouver à la médiathèque de Bozouls ainsi qu’à la salle des fêtes de Barriac et d’occasion sur internet.

i

Insolite disparition

i

La viperine

i

Le caddie amoureux

i

Le foulard d'Elise

i

Les papillons d'Antoine

i

Lettres à la mer